Mgr Gémayel a ordonné Malek Chaieb diacre en vue du presbytérat

Mgr Maroun – Nasser Gemayel a présidé, en la Cathédrale Notre Dame du Liban à Paris, la célébration de l’ordination diaconale en vue du presbytérat de Malek CHAIEB, avec la participation du Père Fady El-Mir, curé de la paroisse Notre Dame du Liban à Paris, du Père Pascal Batardière, vicaire général du diocèse d’Angers, du Père André Boudier, curé de la paroisse Saint-Jean-Bosco-en-Loire-et-Louet, du Père Henri de La Hougue , Enseignant à l’Institut Catholique de Paris, du parrain de Malek Père Youssef Al- Kousseifi, du Père Amid Almaaz et de Paul Trégouët, diacre de la Paroisse Saint-François-aux-Portes-d’Angers. La chorale de l’Eparchie a été dirigée par Père Youhanna Géha.

L’homélie de Mgr Gemayel

En ce jour de joie et d allégresse pour notre diocèse, Je salue avec affection Malek et Marie Laure ainsi que leurs familles, leurs proches et leurs amis. Je tiens à remercier tous ceux qui ont contribué à ta formation, ton parcours dans la vie et voilà, ayant authentifié I’appel que Dieu t’as adressé, Je suis très heureux aujourd’hui, par I’imposition des mains et I ‘accueil du Saint Esprit, de t’ordonner diacre en vue du sacerdoce, dans I’Eglise syriaque antiochienne maronite.
Cher Malek, au terme d’un long discernement auquel ton épouse est étroitement associée, tu as voulu te rendre aujourd’hui disponible pour recevoir ce diaconat comme don de Dieu et t’engager à le servir.

Ton engagement est différent ; il répond, en toute confiance, à un appel particulier, déjà entendu depuis plusieurs années. Il ne s’agit certes pas, d’une tâche à assumer ou une fonction à exécuter, tu sais mieux que quiconque que notre Evangile nous enseigne que servir constitue un état de vie, une manière d’être au Seigneur et à son Eglise.

Ce qui sert doit tenir compte de ne pas être contaminé par une logique « marchande ». Etre disponible, avoir une attention délicate vis-à-vis de chacun de ceux que le Seigneur te donne.

Servir l’Eglise du Christ par la Parole, la parole de vérité qui est l’ Evangile du Salut ; parole qui appelle à la conversion du cœur, qui témoigne de ce que le Christ a fait pour nous, en nous et de nous.

Serviteur de l’autel : tu es également serviteur de I’autel. Tu vas rappeler aux fidèles de notre Eglise maronite que la liturgie est le premier service qu’ils sont appelés à rendre au Seigneur.

Apprenez-leur le sens du sacré. Apprenez-leur le sens du Sacrifice ! Ces deux éléments qui sont honorés par la prière de I’Eglise, peuple de Dieu.
Mais, en tant de diacre, cher Malek, tu es enfin ordonné au
service de la charité. Quand on aime à la manière de Jésus, le centre
de ta vie se déplace à I ‘extérieur• de toi. C’est vrai, tu dois t’inspirer
des idéologies de I ‘amélioration du monde, mais tu dois te laisser
guider par ta foi maronite, qui n’est pas étranger à celle de I’Eglise ;
cette foi qui dans l’amour devient agissante.

Certes, cher Malek, tu es ordonné en vue du service, mais
également en vue du Sacerdoce. Avec toi, S’engage également Marie
Laure, quoique non ordonnée et Je dirais même tes enfants :
Pierre, Benoit et Clément, toute la famille, et toute la communauté
des fidèles sont concernés par cette ordination.

Tous ils S’engagent, sinon ils renouvellent leur appel au baptême. Mais, Quoique marié, et père de trois garçons, tu continues ainsi la tradition pratiquée
dans nos églises d’Orient depuis les premiers temps de L’Eglise. Le
sacrement du mariage dans notre Eglise antiochienne, syriaque, et
maronite, n’est pas incompatible avec le sacerdoce. Mais, il faut le
reconnaître, la tâche n’est pas facile.

Grâce à toi, cette tradition transmise par nos ancêtres se perpétuera et S’inaugurera en France. Tu as la mission de la faire découvrir à l’intérieur du
catholicisme latin."C’est une chance pour I’Eglise en Occident,
témoigne Marie Laure CHAIEB, de faire cette expérience de la
différence au sein d’une même foi, C’est aussi une chance pour I’Eglise
maronite de France de bénéficier de I ‘expérience des paroisses latines.
Si I’Eglise en elle-même ne donne pas le témoignage de la vie en
dialogue, qui te donnera ? ". Ton ministère évangélique sera engagé
dans cette dimension de dialogue et de pont entre les traditions. Tu
y arriveras avec ta prière, et la prière de I’Eglise. Sois un homme
de prière. Recentre sans cesse ta vie sur le Christ comme le Pape
François ne cesse d inviter I’Eglise à le faire. Sois humble et
confiant. Dans ta famille, que la grâce du diaconat fructifie pour le
bonheur de ton épouse et de vos enfants. Tu vas t’appuyer sur le
Seigneur et sur sa grâce. II ne fera jamais défaut avec les élus.
D ’ailleurs ce que tu vas apporter bientôt, à nos maronites et à
I’Eglise du Christ, en tant que prêtre, ce ne seront pas tes richesses,
mais les trésors de Dieu. La moisson est abondante. Ne crains rien.
Tu en auras du travail. Avec la grâce de Dieu, tu sauras être un
signe d’espérance et un signe d’une grande sollicitude de cette
éparchie maronite de France. AMEN.


Témoignages de Malek CHAIEB, de son épouse Marie – Laure et celui de leur ami Bassam Badouet :

« Suis-moi. » (Lc 9,58), c’est en toute confiance que j’ai répondu à cet appel au service de mes frères dans le Christ. Je viens d’une famille de sept enfants. Né à Okaybe (Kesserwan) en 1971. Je suis marié et nous avons trois garçons : Pierre 13 ans, Benoît 11 ans, Clément 8 ans.
Depuis 2003, je suis chargé de cours à la faculté de théologie d’Angers, où travaille également ma femme en tant que professeur en théologie patristique ; je suis responsable du Département d’Etude des Religions à la faculté de théologie (DER). Depuis déjà seize ans que je vis en France, je n’ai jamais été loin de la pastorale. En même temps que mon travail dans l’enseignement, j’ai été responsable de l’aumônerie des Etudiants de l’université d’Etat pendant 9 ans. J’ai travaillé aussi dans la pastorale des collégiens et des lycéens et aujourd’hui je suis membre de l’EAP de la paroisse où je réside.
J’ai l’impression de me fondre dans l’Eglise latine. Je la respecte, car c’est grâce à elle que j’ai pu continuer à vivre ma foi en France. Mais notre tradition antiochienne, syriaque, maronite est très riche dans la façon de vivre et de témoigner de la foi en Jésus Christ. Nos ancêtres ont payé le prix fort pour garder leur foi, et pour nous la transmettre. J’ai le sentiment d’une dette envers eux, et je me sens dans le devoir de transmettre cette tradition, et de la faire découvrir. Pouvoir vivre notre tradition dans la diaspora est une manière aussi de soutenir tous nos frères chrétiens d’orient. Notre façon de vivre et de célébrer est une manière d’exprimer la richesse et la diversité à l’intérieur du christianisme et plus précisément à l’intérieur du catholicisme.
Enfin la question du presbytérat n’est pas nouvelle pour moi ni dans notre vie de couple, c’est un ancien projet qui revient à l’ordre du jour. Grâce à Mgr Gemayel qui m’a accepté dans son diocèse pour faire partie de son presbytérat, le projet de Dieu pour moi va pouvoir se réaliser. Marie, mon épouse, me soutient dans mon engagement, d’ailleurs sans son accord, ce projet n’aurait pas pu avoir lieu. Quant aux enfants, ils se sont fait à l’idée, nous essayons de les aider avant tout à ce qu’ils puissent vivre une expérience de proximité avec le Christ, pour qu’ils puissent avoir une foi vivante.
« De tout mon cœur, Seigneur, je te rends grâce : tu as entendu les paroles de ma bouche. Je te chante en présence des anges, vers ton temple sacré, je me prosterne. Je rends grâce à ton nom pour ton amour et ta vérité, car tu élèves, au-dessus de tout, ton nom et ta parole » (Ps138, 1-2). Il me reste de vous demander de penser à moi au cours de vos prières, je ferai de même.

Témoignage de Marie - Laure CHAIEB :

« Priez le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour la moisson … » Quand Jésus nous demande d’adresser au Père cette prière, il nous demande aussi de nous sentir concernés : la vocation n’arrive pas qu’aux autres ! Depuis que je connais Malek, je sais qu’il est animé de ce désir de servir et de participer à la moisson. Je souhaite qu’il puisse s’épanouir dans cet appel à servir la communauté maronite en France. Bien sûr il nous faudra « trouver nos marques » puisque je ne suis pas maronite. Nous échangeons constamment sur les différences de nos deux traditions autant que sur ce qui les réunit, sur le défi à relever aussi d’une communauté orientale qui vit en France. La tradition latine et la tradition maronite se trouvent nécessairement appelées, par cette proximité, à repenser ce qu’elles considèrent comme des évidences (à commencer par l’ordination d’hommes mariés qui pose forcément question en occident). C’est une chance pour l’Eglise en occident de faire cette expérience de la différence au sein d’une même foi ; c’est aussi une chance pour l’Eglise maronite en France de bénéficier de l’expérience des paroisses latines. Si l’Eglise en elle-même ne donne pas le témoignage de la vie en dialogue, qui le donnera ? Le ministère de Malek sera forcément engagé dans cette dimension de dialogue et de pont entre les traditions et je suis heureuse qu’il participe à cette œuvre évangélique.

Témoignage de Bassam Badouet :
Malek est appelé à suivre Jésus. C’est une immense joie pour lui et sa famille, pour son entourage et pour toutes les personnes qui le connaissent.
Croyant, sa foi est solide, elle est le fruit d’une transmission familiale. Cette foi a été éclairée et enrichie par la formation théologique et par le contact des personnes de différents horizons.
Engagé en faveur des autres, il n’hésite pas à aider ses frères, à rendre service, il se rend disponible pour toute sollicitation et fiable pour mener chaque service jusqu’au bout. Son engagement dans l’association ALF (Amitié Libano -Française) est exemplaire tout au long des années.
Fidèle dans ses relations, il cultive en toute intelligence ses relations. Il est apprécié par la communauté libanaise et orientale qui se trouve dans l’Ouest de la France et par les français qui le côtoient.
Il est témoin des traditions orientales, il n’a pas renié ses racines maronites, il essaie toujours de les transmettre à ses compatriotes et les mettre en valeur dans ses activités religieuses et associatives à Angers.
Généreux, il aime inviter les gens à partager le repas et échanger.
Cultivé, il aime débattre, échanger et écouter les avis des autres.
C’est un homme de convictions et d’actions, il est toujours prêt à témoigner de cette espérance qui l’anime « Soyez toujours prêts rendre compte de l’espérance qui est en vous. Mais faites-le avec douceur et respect. » (1 Pierre 3, 15-16)
Authentique, il ne change pas de « Maître », il porte la voix de Jésus Christ dans sa vie quotidienne et la transmet en douceur aux autres.
Quelle chance pour nous, pour moi, un ami « franco-libanais » de Malek, de trouver un vrai pasteur parmi nous, en plus de l’enseignant et surtout le serviteur.
Bon courage dans ce chemin avec Jésus, la voie est tracée mais l’artisan et le pèlerin que tu es, peut le rendre agréable et joyeux pour toi, ta famille et pour toute la communauté qui t’entoure, comme la lettre aux Corinthiens nous le rappelle : « Au reste, frères, soyez dans la joie, perfectionnez-vous, consolez-vous, ayez un même sentiment, vivez en paix ; et le Dieu d’amour et de paix sera avec vous ». 2 Corinthiens 13:11


Photos et vidéos de l’ordination diaconale de Malek

Les photos et les vidéos de l’ordination diaconale sont affichées sur Facebook de la paroisse Notre Dame du Liban à Paris sur le lien suivant :

https://www.facebook.com/Paroisse-Notre-Dame-du-Liban-%C3%A0-PARIS-318057271678219/photos/?tab=album&album_id=648971471920129

(c) Eparchie Notre-Dame du Liban de Paris des Maronites - mis en ligne le 14 janvier 2013 - Mentions Légales