"Situation des Chrétiens d’Orient " Conférence au Sénat du Patriarche Rai

"Situation des Chrétiens d’Orient " Conférence au Sénat - Patriarche Maronite d’Antioche et de tout l’Orient - Card. Béchara Boutros RAI_Paris, 9.5.2016

Je développe, dans cette conférence trois points :

I – Conséquences sur le rôle des chrétiens du Moyen-Orient.

1. Les Chrétiens d’Orient subissent les conséquences dramatiques des conflits et des guerres qui déchirent les pays du Moyen-Orient, surtout la Palestine, l’Iraq et la Syrie, sans y être partie prenante. Car, dans ces pays et d’autres dont le régime politique est religieux musulman, ils connaissent leurs limites, respectent les autorités locales, et les lois, sans se mêler de politique. Ils sont par contre respectés par les autorités et estimés pour leur loyauté envers la Nation.

Notons que ces conséquences dramatiques sont subies aussi par tous les concitoyens : morts, destructions de maisons, d’églises et de mosquées, expulsion, déplacement, émigration, fuite, privation et misère de tout genre.

2. Il faut être toujours conscients que les chrétiens du Moyen-Orient y sont citoyens originaux depuis 2000 ans et assument la responsabilité d’être les premiers héritiers du christianisme et les gardiens de ses racines. Ils précèdent la parution de l’Islam de 600 ans. D’où pour toute cette période la culture chrétienne couvrait cette région. Vivant avec les musulmans depuis 1400 ans, les chrétiens leur ont transmis leurs valeurs chrétiennes spirituelles, morales, culturelles et sociales, grâce à leurs écoles, universités, centres hospitaliers et sociaux, grâce aussi au dialogue de vie en commun sur tous les niveaux. Ils ont reçu aussi les valeurs de l’Islam. L’important est qu’ils ont pu créer la modération musulmane qui distingue les musulmans du Moyen – Orient. Nous portons un message dans cette terre choisie.

3. D’autre part, il faut considérer que, quand nous parlons des chrétiens du M.O., nous ne parlons pas d’individus seulement, mais surtout d’Eglises Orientales et d’Eglise Latine ayant chacune son propre patrimoine liturgique, théologique, spirituel et disciplinaire qui se distingue par la culture et les circonstances historiques des peuples et qui s’exprime par la manière propre à chaque Eglise de vivre la foi chrétienne.

Ces Eglises ont leurs propres rites qui sont issus des traditions apostoliques : Alexandrine, Antiochienne, Arménienne, Chaldéenne, Constantinopolitaine et Romaine (Code des Canons des Eglises Orientales, c.27).

En plus, ces Eglises d’Orient sont appelées « l’Eglise des Arabes » selon du feu Père Jean Corbon. C’est pourquoi ; nous, les chrétiens d’Orient, appartenons à la nation arabe dont nous sommes une composante à part entière. C’est aussi l’Eglise universelle qui est incarnée dans le monde arabe. Nous n’avons aucun intérêt de quitter cette région et de sacrifier notre mission et notre rôle.

4. La conséquence la plus grave des guerres et des conflits sur les chrétiens est la réduction de leur influence culturelle et sociale sur leurs sociétés et Etats.

Car, les chrétiens ont toujours été les promoteurs de la convivialité pluraliste, de l’ouverture sur l’autre différent, des libertés, de la valeur de la personne humaine, des droits fondamentaux et inaliénables de tout être humain. Ceci grâce à la culture chrétienne bimillénaire enracinée dans la région, et à l’ouverture des chrétiens sur l’Occident. C’est pourquoi, ils ont été les pionniers de la Renaissance culturelle Arabe, et de l’arabité comme civilisation humaine et sociale. Car l’arabe ne veut pas dire l’Islam, et parler l’arabe n’est pas être musulman.

II – Rôle particulier du Liban.

5. Le Liban a joué un rôle déterminant à ce niveau et il est appelé aujourd’hui plus que jamais à le développer. En effet, il est le seul pays du monde arabe qui sépare Religion et Etat, il applique le système démocratique, il reconnaît l’égalité entre chrétiens et musulmans sur la base de la citoyenneté, et se distingue par avoir un Président Chrétien Maronite en vertu du Pacte National de 1943. En cette qualité il est le point de mire des chrétiens du Moyen-Orient et des musulmans et tout particulièrement ceux des pays du Golfe.

La valeur géopolitique du Liban est d’être la porte de l’Europe et de l’Occident vers et le monde Arabe. Il est le carrefour des civilisations et le lieu vécu du dialogue interreligieux et œcuménique (cf. l’Exhortation Apostolique de Jean-Paul II : Une Espérance Nouvelle pour le Liban. pp.138-159).

6. Cependant, le Liban est menacé dans sa culture, son identité et son message par la présence, sur son petit territoire de 10.452 km2, d’un demi-million de réfugiés palestiniens qui vivent avec leurs armes lourdes et légères dans leurs camps et attendent en vain une solution à leur cause depuis 1948, et d’un million et demi de déplacés syriens dont le nombre augmente chaque année de 40.000 à 50.000 nouveau-nés. Le nombre de ces réfugiés et déplacés, qui fait la somme de 2.000.000, représente la moitié de la population libanaise déjà exorbitante. A part le lourd fardeau économique quant à l’exiguïté de sa densité. Ces êtres humains qui vivent dans la privation totale et la misère, seront facilement exploités par des organisations terroristes, si cette situation persiste.

7. D’autre part, pour que le Liban puisse rester lieu de rencontre, de convivialité et de dialogue, nous souhaitons que la Communauté Internationale déclare sa neutralité, pour qu’il soit dans sa région l’agent de la paix, de la justice et des Droits de l’Homme. Ce qui le libèrera d’être entraîné dans les axes des guerres et des conflits régionaux et internationaux.

III – Solution proposée.

8. Après avoir décrit la situation des chrétiens du M.O. suite aux conflits et guerres qui déchirent la région, je propose des solutions qui révèlent de la Communauté Internationale laquelle est appelé d’user de tous les moyens licites pour :

a) Arrêter les conflits et la guerre et en même temps développer le dialogue politique entre les parties concernées, en vue d’établir une paix juste, globale et durable et de garantir le respect de l’être humain et les libertés de croyance et d’action dans tous les pays de la région.

b) Agir sérieusement et diligemment en vue d’une réconciliation politique entre l’Arabie Saoudite et l’Iran, afin de faciliter la réconciliation entre les Sunnites et les Chiites dans chacun des pays du Moyen-Orient. Car, l’origine des conflits et des guerres, qui secouent la région, réside dans le conflit entre ces deux puissances régionales qui ont chacune ses propres intérêts confessionnels, politiques, économiques et stratégiques. Il est connu que chacune est soutenue par ses propres alliés d’Orient et d’Occident.

Nous au Liban, nous subissons les retombées de ce conflit. En effet, le conflit politique entre les Sunnites et les Chiites cause la vacance du siège présidentiel depuis deux ans. Ce conflit est dû à la non application de l’accord de Taêf, appelé « document de l’entente Nationale » (1989) selon son esprit et sa lettre. Cette non application à crée un déséquilibre au niveau du partage pouvoir, prôné par Taêf. D’où la nécessité d’entamer sérieux un dialogue entre les deux groupes, en vue d’identifier les vraies causes de la vacance présidentielle chez ceux qui boycottent et ceux qui sont rigides dans leur position politique, tout en se présentant aux sessions électorales du Parlement.

e) Eviter que la solution au Moyen - Orient ne réside dans la division alors que le monde s’oriente vers la globalisation. Il faut plutôt agir pour l’établissement de Pays de droit et d’institutions civiles garantissant le pluralisme et les libertés, ayant des constitutions adaptées et des régimes démocratiques non corrompus. Ces pays ainsi qualifiés pourront coopérer, par un développement socio-économique, à la formation d’un être humain meilleur et un artisan de paix dans la région.

d) Agir pour appliquer les Résolutions du Conseil de Sécurité et les Accords bilatéraux, pour résoudre d’une part le conflit Israélo-Palestinien par la création d’un Etat Palestinien à côté et en bon terme avec l’Etat d’Israël, et par le retour des réfugié ; et de l’autre le conflit Israélo-Arabe par le retrait des troupes israéliennes des territoires occupés en Palestine, au Liban et en Syrie. En effet, l’application intégrale du droit international et des Résolutions du Conseil de Sécurité, est la seule voie à suivre pour stabiliser notre région et éviter les débordements.

9. A noter enfin que La religion musulmane représente une des plus importantes composantes de la Famille Humaine. Il faut que la Communauté Internationale respecte d’un côté les valeurs religieuses, morales, et sociales de l’Islam, et de l’autre évite toute confrontation avec l’Islam. S’il y a un souhait à exprimer c’est de voir l’islam faire le pas qu’a réalisé le christianisme qui est celui de séparer la Religion de l’Etat, à condition que l’Etat respecte les impératifs de la Religion.

Le Liban constitue un modèle dans ce sens. Tout en séparant Religion et Etat, il respecte chaque religion et communauté confessionnelle dans son identité et son patrimoine doctrinal. L’Etat libanais ne légifère rien qui soit contre la religion et la loi divine tant révélée que naturelle.

Sur la base de cette séparation est greffée l’égalité entre les chrétiens et les musulmans du Liban. Cette égalité ne se trouve pas, en son essence, dans les autres Etats de la région lesquels adoptent le système politique religieux, où la Religion de l’Etat est l’Islam et le Coran est la source de la législation civile, comme nous l’avons déjà dit. D’où l’inégalité entre chrétiens et musulmans au niveau des droits de citoyenneté dans ces pays.

Conclusion :

10. Chers amis, Mesdames et Messieurs, je vous remercie de m’avoir écouté et de coopérer par les moyens disponibles à chacun et chacune en vue du retour de la paix à la terre d’où cette Paix a été annoncée au monde avec la naissance du « Prince de la Paix » à Bethléem : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté ». (lc1 )


(c) Eparchie Notre-Dame du Liban de Paris des Maronites - mis en ligne le 14 janvier 2013 - Mentions Légales