Mgr Gemayel a entrepris plusieurs activités pastorales au mois d’octobre

JPEG - 362.3 ko

ACTIVITES DU MOIS D’OCTOBRE

LE 10.10 - ORDINATION DIACONALE DE BECHARA AOUN
Ordination diaconale au siège épiscopal à Meudon, Messe et Cérémonie de l’imposition des mains au Chantre, au Lecteur et au Sous-diacre, de Béchara Aoun.
Troisième ordination après celle de Khalil Hajj Assaf à Notre-Dame du Liban à Bruxelles le 24 novembre 2013 et celle de Imad Maouad en l’Eglise Sainte Croix de Troinex à Genève, le 20 septembre 2015.
Alléluia ! Bénissons le Seigneur pour ses dons. L’Eparchie se réjouit de ces ordinations qui se succèdent, signe de vigueur et de foi au service de la parole de Dieu.

LE 11.10 – MESSE A SAINTES
Le dimanche 10 octobre 2015, Monseigneur Gemayel était invité par le Diocèse de Saintes pour la célébration de l’Eucharistie en la Cathédrale Saint-Pierre. Une concélébration avec le Père Daniel Cassegrain, Doyen de Saintes.
Cette messe maronite est venue couronner la fin de l’Exposition de l’Oeuvre d’Orient consacrée aux Chrétiens Orientaux. Initiative coordonnée par Docteur Katia Mikhaël, responsable de la Mission Etudiante de La Rochelle, qui a invité les familles iraquiennes et syriennes présentes dans le Diocèse pour une rencontre – échange avec Monseigneur Gemayel. Ces familles ont confié à l’Evêque des Maronites, leurs attachements aux traditions orientales malgré les difficultés de l’exil.
Après le repas partagé, une visite du centre historique de la ville de Sainte et la découverte de ses monuments historiques est venue clôturer cette journée dominicale avant le retour à Paris.

LE 18.10 - VISITE DE MGR GEMAYEL A NEMOURS
Le dimanche 18 octobre 2015, Mgr Maroun Nasser GEMAYEL, accompagné d’une dizaine de personnes, s’est rendu au Monastère des sœurs de Notre-Dame de Bethléem de l’Assomption de la Vierge et de Saint Bruno. à Poligny. Il a concélébré avec le Père Jean-Claude Cadet et le Frère Donat une messe en rite maronite. La chorale était dirigée par le Père Youhanna GEHA (à l’orgue et à la flute) et Monsieur Imad MARCOS (au qanun). Les religieuses étaient à la tête de l’assemblée composée, en grande partie, de fidèles français de rite romain latin. Présents également des Orientaux, à majorité Libanais et des Iraquiens. Afin d’assurer une large participation des fidèles et dans un esprit œcuménique, le Credo et le sanctus étaient dits en latin, le Notre Père en français, les lectures du calendrier latin.

Suite à la messe, les fidèles se sont retrouvés au salon du Monastère pour une rencontre conviviale et un échange avec Mgr GEMAYEL. Vers 13h00, Mgr GEMAYEL le groupe qui l’a accompagné depuis Meudon et quelques fidèles français, ont partagé le repas au salon paroissial, suivi d’une animation musicale (chants orientaux) à la flûte et au qanun. Une visite de l’église Saint Jean-Baptiste a clôturé cette journée à Nemours avant le retour à Meudon.

25.10 RENCONTRE DIOCESAINE DES JEUNES MARONITES AU SIEGE EPISCOPAL DE MEUDON

Dimanche 25 octobre, une rencontre des jeunes maronites d’Ile de France, a rassemblé les jeunes des paroisses et missions de Notre-Dame du Liban à Paris, de Saint Charbel à Suresnes, de la communauté Saint Maroun du Val d’Oise et de la communauté d’Alfortville.

Cette journée fut organisée par le bureau des jeunes de l’éparchie, guidé par Père Charbel-Daniel Bou Haydar, aumônier général des jeunes maronites.

Accueillis dès 10h au siège épiscopal de Meudon, ces jeunes ont assisté à la messe dominicale célébrée par Monseigneur Gemayel qui a rappelé lors de son homélie la mission de l’Eglise Maronite de France et son rôle novateur depuis 2012, date de création de cette nouvelle Eparchie et sa nomination comme Premier évêque des maronites en France.

Un repas convivial dans le jardin de l’Evêché a réuni les jeunes après la messe, suivi d’une conférence sur l’identité maronite. Cette identité qui est souvent mise à mal car confrontée aux changements géographiques, linguistiques et autres. Les jeunes présents à cette rencontre sont représentatifs des différents profils des Maronites de France : ceux venus du Liban et ceux nés en France, de famille libano-libanaise ou de famille mixte libano-française. Ceux qui ont gardé contact avec le Liban à travers la langue et ceux qui n’ont plus d’attaches particulières. Ceux qui sont à la recherche de cette identité maronite et ceux qui sont restés liés.

(c) Eparchie Notre-Dame du Liban de Paris des Maronites - mis en ligne le 14 janvier 2013 - Mentions Légales