Les chrétiens "persécutés, décapités et crucifiés pour leur foi souvent avec notre silence complice"

Rome, 4 avril 2015 (Zenit.org)

Lors de la méditation au terme du Chemin de Croix du Colisée le Pape François dénonce le silence complice qui accompagne « souvent » la persécution des chrétiens « décapités et crucifiés pour leur foi ».

« En toi, amour divin, nous voyons encore aujourd’hui nos frères persécutés, décapités et crucifiés pour leur foi en Toi, sous nos yeux, et souvent avec notre silence complice » : c’est la méditation du pape François sur la Passion du Christ et sur l’humanité souffrante, au terme du Chemin de Croix du Vendredi Saint, le 3 avril, au Colisée.

Voici notre traduction intégrale, de l’italien, de la méditation du pape.

Paroles du pape François

Ô Christ crucifié et victorieux, ton Chemin de Croix est la synthèse de ta vie, il est l’icône de ton obéissance à la volonté du Père ; il est la réalisation de ton amour infini pour nous, pécheurs ; il est la preuve de ta mission ; il est l’accomplissement définitif de la révélation et de l’histoire du salut. Le poids de ta croix nous libère de tous nos fardeaux.

Dans ton obéissance à la volonté du Père, nous prenons conscience de notre rébellion et de notre désobéissance.

En toi, vendu, trahi et crucifié par ton peuple et par ceux qui t’étaient chers, nous voyons nos trahisons quotidiennes et notre infidélité habituelle.

Dans ton innocence, Agneau immaculé, nous voyons notre culpabilité.

Dans ton visage giflé, couvert de crachats, et défiguré, nous voyons toute la brutalité de nos péchés.

Dans la cruauté de ta Passion, nous voyons la cruauté de notre cœur et de nos actions.

Dans ton sentiment d’ « abandon », nous voyons tous ceux qui sont abandonnés de leurs familles, de la société, de l’attention et de la solidarité.

Dans ton corps écorché, écartelé et déchiré, nous voyons les corps de nos frères abandonnés au long des routes, défigurés par notre négligence et notre indifférence.

Dans ta soif, Seigneur, nous voyons la soif de Ton Père miséricordieux qui, en Toi, a voulu embrasser, pardonner et sauver l’humanité.

En toi, amour divin, nous voyons encore aujourd’hui nos frères persécutés, décapités et crucifiés pour leur foi en Toi, sous nos yeux, et souvent avec notre silence complice.

Imprime, Seigneur, en nos coeurs, des sentiments de foi, d’espérance, de charité, de douleur pour nos péchés et conduis-nous au repentir de nos péchés qui t’ont crucifiés.

Conduis-nous à transformer notre conversion en paroles en conversion de vie et en actes.

Conduis-nous à conserver en nous un souvenir vivant de ton visage défiguré, pour ne jamais oublier le prix immense que tu as payé pour nous libérer.

Jésus Crucifié, fortifie en nous la foi, pour qu’elle ne s’écroule pas devant les tentations ; ravive en nous l’espérance, pour qu’elle ne se perde pas en suivant les séductions du monde ; garde en nous la charité, pour que nous ne nous laissions pas tromper par la corruption et par la mondanité. Enseigne-nous que la Croix est le chemin de la Résurrection.

Enseigne-nous que le Vendredi Saint est la route de la Pâque de lumière : enseigne-nous que Dieu n’oublie jamais aucun de ses enfants et ne se lasse jamais de nous pardonner et de nous embrasser dans sa miséricorde infinie.

Mais enseigne-nous aussi à ne jamais nous lasser de demander pardon et de croire dans la miséricorde – sans limites - du Père.

Âme du Christ, sanctifie-nous,

Corps du Christ, sauve-nous,

Sang du Christ, enivre-nous,

Eau du côté du Christ, lave-nous,

Passion du Christ, fortifie-nous.

Ô bon Jésus, exauce-nous.

Dans tes blessures, cache-nous.

Ne permets pas que nous soyons séparés de toi.

De l’ennemi défends-nous.

À notre mort appelle-nous.

Ordonne-nous de venir à toi,

Pour qu’avec tes saints nous te louions,

Dans les siècles des siècles, Amen.

Traduction de l’italien : Anita Bourdin

(c) Eparchie Notre-Dame du Liban de Paris des Maronites - mis en ligne le 14 janvier 2013 - Mentions Légales